Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Plus de 5.700 faillites d’entreprises en 2015

Le dernier trimestre 2015 a été particulièrement meurtrier pour les entreprises. Au total, 1.649 sociétés ont fait défaut entre octobre et décembre selon Inforisk, spécialisé dans le renseignement commercial. Cela confirme la trajectoire observée depuis 2011. Sur l’ensemble de l’année, le sinistre a touché 5.783 entreprises (+15%) et valide les prévisions d’Euler Hermès Acmar (www.leconomiste.com du 27 novembre 2015). L’assureur crédit ne prévoit pas d’inversion de tendance à court terme. Il table sur une hausse à deux chiffres des défaillances d’entreprises cette année.
Le manque d’opportunités dans un contexte de croissance molle – contraction de la croissance attendue en 2016 – la mauvaise gestion… figurent parmi les causes de cette poussée de la mortalité des entreprises. Mais l’allongement des délais de paiement est un puissant accélérateur de faillites. Les petites structures sont les plus affectées par le phénomène. Elles financent leurs clients au-delà du raisonnable. Les délais clients se sont établis en moyenne à 279 jours pour les TPE et 144 jours pour les PME (www.leconomiste.com du 8 janvier). Pour l’instant, il n’y a pas d’amélioration sur les délais de paiement des marchés publics, relèvent à la fois Euler Hermès Acmar et Coface. D’un autre côté, les conditions de paiement interentreprises se sont considérablement dégradées. «La récession au niveau de certains secteurs spécifiques, porteurs de développement au cours des dernières années, et particulièrement l’immobilier, a fortement impacté la trésorerie d’un nombre important d’entreprises. En considérant ce facteur et le remboursement des marchés publics, qui ne devraient pas connaître d’amélioration spectaculaire en 2016, nous n’avons malheureusement pas de raison d’anticiper une baisse des délais de paiement, a fortiori dans une année qui devrait être marquée par une saison pluviométrique relativement moyenne», analyse Tawfiq Benzakour, directeur général d’Euler Hermès Acmar.
Trois grands secteurs concentrent l’essentiel des difficultés des entreprises. Une faillite sur trois provient du commerce et de la réparation automobile. Dans le BTP, l’immobilier et les services aux entreprises, les défauts ont augmenté de 12% à 2.179 sociétés.
Aujourd’hui, les difficultés de la Samir et de certaines filiales du groupe immobilier Alliances inquiètent, vu le nombre de petites entreprises qui gravitent autour d’elles. En cessation de paiement, le raffineur et les sociétés EMT (EMT bâtiment et EMT routes ont sollicité l’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire) ont adressé une demande au tribunal de commerce pour se mettre sous la protection du livre V du code du commerce. En attendant la décision du juge, les statistiques ne sont guère rassurantes pour les entreprises qui bénéficient de cette procédure. Généralement, elles la sollicitent en état de quasi mort clinique. Du coup, le dépôt de bilan conduit systématiquement à la liquidation. En 2015, plus de 99% des entreprises qui ont fait défaut sont en liquidation. Par ailleurs, le nombre de défaillances est sans doute décalé de la réalité. Beaucoup de chefs d’entreprises préfèrent mettre leur société en veilleuse plutôt que de déposer le bilan. Au moins 120.000 entreprises seraient concernées selon Inforisk.F.Fa

Partager cet article

Repost 0