Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A partir du 1er janvier 2016, les billets du train coûteront plus cher. Le projet de loi de Finances prévoit la hausse de la TVA à 20% au lieu de 14% actuellement. Une mesure destinée à limiter le butoir de TVA en défaveur de l’ONCF.
Le crédit du butoir de TVA à fin 2013 s’élève à environ 14 milliards de DH. Les entreprises publiques telles que la Société des autoroutes du Maroc (ADM), l’ONEE, l’ONCF en détiennent la majeure partie. Le reste revenant au privé. Ce dernier sera remboursé en deux temps: moins de 20 millions de DH dans une première étape, puis entre 20 et 500 millions de DH sur la période 2015-2017. Mais le remboursement des entreprises publiques sera moins facile. L’option de la titrisation a été envisagée à un moment donné, mais l’idée a été finalement abandonnée ou du moins remise. Pour arrêter l’hémorragie qui touche ADM, le gouvernement a décidé de relever la TVA appliquée au péage, qui est passée de 14 à 20%. Les usagers ont d’ailleurs remarqué que les tarifs ont augmenté.
Le même scénario a été retenu pour le cas de l’ONCF, qui détient lui aussi une grosse créance de TVA sur l’État.
A partir de janvier 2016, les prix des billets de train seront taxés à 20% au lieu de 14% actuellement. Les voyageurs qui empruntent le train seront impactés par une hausse de 6 points des tarifs de l’ONCF. Dans le même temps, le secteur du transport de voyageurs restera encore longtemps taxé à 14%. «Le gouvernement a exclu la TVA du transport de voyageurs par autocar car le secteur est plombé par l’informel et la sous-déclaration. Un relèvement de 6 points de la TVA n’aurait donc eu aucun effet. Le gouvernement a décidé de relever la TVA appliquée par l’ONCF car ses comptes sont fiables.
Quel sera l’impact de la hausse du prix du ticket de train? Cela se traduira-t-il par un effet d’éviction en faveur du transport par autocar? «Le train restera un moyen de transport indispensable pour les personnes qui font la navette entre Casablanca et Rabat, par exemple, les étudiants et les hommes d’affaires qui préfèrent laisser au garage leur véhicule à cause des problèmes de stationnement et des bouchons. Mais les familles nombreuses et les voyageurs qui doivent transporter des bagages choisiront certainement l’autocar», affirme Ahmed Naciri, vice-président de la Fédération de transport de voyageurs/CGEM. En fait, les avis sont partagés sur l’impact de la hausse des prix du train. «Les axes desservis ne sont pas les mêmes. Les habitudes de consommation des usagers sont également différentes. Je trouve que la hausse de la TVA est justifiée car l’ONCF investit et développe une infrastructure haut de gamme. Ses clients ne devraient pas, par exemple, préférer la gare Ouled Ziane à Casa Port», précise un opérateur. En 2014, l’ONCF aura transporté 39,5 millions de voyageurs pour un chiffre d’affaires de 1,45 milliard de DH.

Tag(s) : #Fiscalité

Partager cet article

Repost 0